Tout savoir sur le Thym ( Thymus vulgaris )

Depuis petite, j’ai toujours aimé ramasser le thym dans la garrigue des Alpilles pendant nos balades et le frotter entre mes mains pour sentir sa douce odeur.


Hum, un article qui sent bon la Provence et les barbecues :)


J’ai décidé chaque mois d'aborder une plante avec son histoire, ses bienfaits, sa forme galénique et comment l'utiliser avec la phytothérapie, l’aromathérapie et les hydrolats.


Un article à lire en écoutant ma vidéo de relaxation avec le chant des cigales.


C’est parti, je vous emmène avec moi pour cette belle balade autour du thym.




Botanique


Le thym est la célèbre farigoule.


Il appartient à la grande famille de plantes aromatiques et médicinales que sont les Lamiacées : on y retrouve la menthe, le romarin, la mélisse, les sauges et tant d’autres.


Le thym est un petit sous-arbrisseau vivace de la garrigue, il mesure de 20 à 25 cm, que nous

pourrons cueillir tout au long de l'année, en fonction de nos besoins, de préférence au début de la

floraison. Le thym se développe sur les bords ensoleillés, sur les pentes, avec des bords légers. Il

affectionne la chaleur et le soleil, d'où sa présence dans des alpages caillouteux où la chaleur

rayonne particulièrement.

Les bouquets de fleurs pourpres en différents tons émettent au soleil de midi un parfum qui attire les

insectes et les abeilles. On récolte les feuilles et les sommités fleuries d’avril à juillet, aussi bien

pour ses propriétés médicinales que pour sa valeur culinaire. Il sera taillé raisonnablement, comme pour toute récolte, nous veillerons à laisser la plante en bonne condition pour sa future repousse. Ses tiges ligneuses et rameuses sont regroupées en touffes. Les feuilles sont très petites, lancéolées, blanchâtres au niveau de la surface inférieure. On y retrouve les fleurs caractéristiques de cette famille, avec deux lèvres dissymétriques.


Vous avez peut-être déjà remarqué que le thym cultivé n’est pas aussi puissant que celui des

garrigues de bord de mer : en effet, en fonction de sa situation et du climat, le thym va développer

des huiles essentielles de composition différentes et, par exemple, le thym poussant en altitude

n’aura pas la même odeur, la même saveur, ni les mêmes effets thérapeutiques que celui poussant à basse altitude. Le Thymus vulgaris appartient à plusieurs sous-espèces.


Histoire du thym


Une plante qui ne manque pas d’histoire, c’est l’une des plus employées en thérapeutiques et depuis des temps reculés !


En Egypte, le thym, la sarriette, l’oliban, le myrrhe et d’autres plantes étaient utilisés pour

embaumer les morts.


Les anciens aimaient beaucoup cette plante, il arrivaient à différencier le thym blanc et le thym noir ( le serpolet).


Les Grecs aromatisaient leurs plats avec du thym (comme nous d’ailleurs) et ils préparaient des huiles (voir la recette en bas de l'article) pour se frictionner le corps et pour se soigner. Des

massages médicinaux qui étaient antitussifs, expectorants, fluidifiants sanguins, toniques gastrointestinaux.


Les Grecs utilisaient cette plante aussi en bain revigorant, par fumigation sèche pour purifier l’air et

aussi en cataplasme. Les Romains faisaient de même.


Théophraste (372 - 287 av. J.C), Virgile (70-19 av .J.C) et Hippocrate énoncent les propriétés de cette lamiacée: diurétique, emménagogue, expectorante et antitussive.


Au Moyen-âge, on l’utilisait pour guérir les sciatiques, les douleurs des reins et de la vessie, les

coliques, les ballonnements et même les dépressions. D’ailleurs, Saint Hildegarde de Bingen a bien perçu son caractère : “le thym, additionné à d’autres bonnes herbes et condiments, enlève les

putréfactions des maladies grâce à sa chaleur et sa force“.

C’est elle qui a vraiment fait entrer le thym dans notre pharmacopée.


Pline va donner beaucoup de détails sur ses valeurs médicinales. En indiquant que le thym va

surtout agir sur les poumons, la gorge, les maux d’estomac et sur l’intestin.


A la fin du 18 siècle, Nicolas Lémery indique qu’il est un tonique cérébral, un digestif, un

antitoxique et apte à favoriser l’accouchement.


Après cela, le thym prend de plus en plus d'importance puisque tout va s'accélérer à l’aube du 20e siècle: l’action bactéricide de son essence sur le bacille du charbon de la typhoïde est prouvée, puis sur le méningocoque, le bacille d’Eberth, le bacille diphtérique et le staphylocoque.


Le Docteur Henri Leclerc reprend son précis de phytothérapie en 1930, les prescriptions des

Anciens, en écrivant, entre autres, que le thym favorise le relèvement des forces physiques et

morales.


Les anciens herboristes disaient que le parfum du thym «faisait du bien à la cervelle» et qu’une

couronne de la plante fraîche sur la tête en apaisait la douleur et les élancements.


Les principes actifs du thym


● Huile essentielle riche en de nombreux composants phénolés dont certains dominent suivant les

races chimiques: le thymol et le carvacrol sont les composants principaux, ainsi que le para-cymène, le 1,8- cinéol ( eucalyptol), linalol.

● Flavonoïdes ( flavones, flavonols )

● Acides phénols ( rosmarinique, caféique, chlorogénique )

● Composés biphényliques

● Tanins

● Phytostérols

● Minéraux

● Vitamines A, C, K

● Acides aminés


Propriétés du thym en phytothérapie


● anti-infectieux/ antibiotique

● antiparasitaire ( vers helminthes )

● antitussif, antispasmodique, mucolytique et expectorant, antiallergique : maladies respiratoires,

toux, bronchite, rhume des foins

● Tonique général et cortico- surrénalien : fatigue, anxiété, stress, petite insuffisance cardiaque

● anti-inflammatoire

● antioxydant

● carminatif et stimulant digestif : apéritif, stomachique

● emménagogue

● diaphorétique chaud

● rubéfiant (circulation périph)

● décontractant musculaire

● antirhumatismal


En externe : sur les piqûres d’insectes, douleurs sciatiques et rhumatismales, herpès, aphtes,

mycoses, tonique générale dans le bain.


Posologie du thym en phytothérapie


Forme galénique : Infusion et décoction : ½ cuillère à café, 2 ou 3 fois par jour pour les adultes et 2 fois par jour pour les enfants

Forme galénique : Teinture alcoolique : 5 à 20 gouttes, 2 fois par jour pour les adultes

Forme galénique : Teinture vinaigrée : 20 à 30 gouttes, 2 fois par jour pour les adultes et 3 à 5

gouttes pour les enfants

Forme galénique : Glycéré : 30 à 60 gouttes, 2 fois par jour pour les adultes et 3 à 5 gouttes pour les enfants.


Les recettes avec le thym en phytothérapie


Bains : Pour un bain complet, 200 g de plantes


Bain complet : Les plantes nécessaires seront mises à macérer dans l’eau toute une nuit.

On utilise un seau (6 à 8 litres) plein de plantes fraîches ou 200 grammes de plantes séchées. Le

lendemain matin, chauffer le tout et verser la solution obtenue dans l’eau du bain. La durée du bain

est de 20 minutes. Le coeur doit rester hors de l’eau (température du bain 37° C). Après le bain, ne pas s’essuyer, mais s’envelopper dans une grande serviette ou un peignoir de bain et se coucher pour transpirer une heure au lit.


Bain de siège : Pour un bain de siège, on prend ½ seau de plantes fraîches ou 100 grammes de plantes séchées et on opère comme pour un bain complet. Le corps doit être immergé jusqu'au-dessus des reins.

Observer les prescriptions propres à chaque plante (température 39° C.).

Si on la conserve, l’eau d’un bain complet ou de siège peut, après réchauffage, resservir deux autres fois.


Teinture de thym : Remplir une bouteille jusqu’au col de grappes de fleurs, sans tasser. Couvrir

d’alcool de grain ou de fruit à 38 ou 40°. Laisser macérer 15 jours au soleil.


Huile de thym : Remplir une bouteille jusqu’au col de grappes de fleurs sans tasser. Couvrir d’huile d’olive vierge, le niveau de l’huile doit être deux phalanges de doigt au-dessus des fleurs. Laisser macérer 15 jours au soleil ou près du poêle (20°).


Coussins de plantes : Remplir de plantes un sachet de lin. Le fermer par une couture (plantes

fraîches si possible).


Sirop : Remplir un bocal en verre de plantes fraîches (feuilles et tiges) cueillies au soleil alternées

en couches successives avec du sucre roux. Malaxer les plantes avec ses mains humidifiées et bien

tasser les couches successives. Fermer et laisser trois semaines au soleil.

Après ce délai, verser le tout dans une passoire et laver avec aussi peu d’eau que possible les fleurs et les tiges imprégnées de sucre et recueillir le sirop. Faire épaissir le sirop sans l’amener à

ébullition. Contrôler son épaississement en laissant refroidir.


Les maux et le thym en phytothérapie


Pour les rhumes, les coups de froid, la toux quinteuse : infusion de 20g de feuilles par litre d’eau

bouillante, 1 à 2 tasses par jour


Infections urinaires : même posologie


Action digestive : cure de 15 jours de tisane de thym au petit-déjeuner – même posologie


Stimulant : même posologie


Vermifuge : 1 tisane de thym à jeun, la veille, le jour et le lendemain de la pleine lune pour éliminer les oxyures.


Action anti-infectieuse : teinture mère : 20 à 30 gouttes dans 1 verre d’eau, 3 fois par jour pendant 21 jours.


Immunostimulante : En alternance avec l’échinacée pour les maladies chroniques et les infections

à répétition : 3 jours de chaque à renouveler.


Désinfectante : en usage externe, la teinture mère permet de désinfecter les plaies et soulager les

piqûres d’insectes.


Bain de bouche : elle est bénéfique sur les gingivites et les aphtes.


Contre la toux : sirop de thym

- 30g de thym dans ½ litre d’eau.

- Portez à ébullition pendant 5 minutes

- Hors du feu, laissez infuser 2 à 3 heures

- Ajoutez autant de sucre que d’infusion

- Portez à ébullition très douce jusqu’à l’obtention d’une consistance sirupeuse

- Mettez en bouteille à chaud et fermez bien.

Posologie du sirop: 1 cuillère à café 2 à 3 fois par jour pour calmer la toux même chez les enfants.


Antalgique : huile solarisée

Préparez une huile scolarisée dans de l’huile de tournesol.

Elle permet de calmer les rhumatismes, les torticolis, réduit l'œdème de l'entorse et des contusions.


Contre-indications du thym en phytothérapie


Le thym est à éviter en cas d’allergie aux plantes des Lamiaceae. Certaines sources recommandent

aux femmes enceintes ou allaitantes d’éviter les extraits et les concentrés de thym. Il a un effet

emménagogue.


Les bains de thym sont contre-indiqués en cas de blessures cutanées et de fièvre.


C’est une plante bien tolérée mais irritation possible des muqueuses digestives ( phénols ).

Pas plus de 3 mois. On a pu observer des brûlures d’estomac et des irritations gastro-intestinales.


Effets non désirés : les personnes sensibles au pollen de bouleau ou au céleri pourraient connaître une sensibilité croisée avec le thym.


Interactions : une étude in vivo indique que le thym pourrait avoir une action oestrogénique ou

progestative. Cette action pourrait avoir une action pourrait, théoriquement, s’ajouter à celle

d’autres plantes aux effets semblables (trèfle des prés, soja).

Théoriquement, le thym pourrait diminuer l’impact d'une thérapie de substitution des hormones

thyroïdiennes ou exacerber l’effet des médicaments antithyroïdiens.

Une étude a montré que le thym pouvait supprimer l’activité thyroïdienne.

Interaction avec les anticoagulants et antiplaquettaires car il y a un risque de saignements.


Le thym en hydrolat


Une autre belle façon d’utiliser le thym avec les hydrolats.


Hydrolat de thym doux linalol ( thymus vulgaris linaloliferum )


Propriétés :

  • Neurotonique et équilibrant nerveux : états asthéniques, fatigue nerveuse, stress

  • Immunostimulant : faiblesse immunitaire, convalescence

  • Bactéricide, virucide, fongicide : infections buccales, aphtes, gingivites, infections respiratoires,

  • Infections intestinales, infections uro-génitales, colites, entérocolites.

  • Désinfectant cutané : impétigo, plaies, mycoses, furoncles, acné.


Pas de contre-indications avec cet hydrolat.


Exemple de posologie


Érythème : vaporiser cet hydrolat sur les fesses du bébé


Déficit immunitaire : 1 cuillère à soupe de cet hydrolat dans 1 litre d’eau de source, boire toute la journée pendant 40 jours.


Rhume, états grippaux : faire son hydrolat avec 50 mL d’hydrolat de Pin sylvestre, 50 mL

d’hydrolat de Romarin à verbenon, 50 mL d’hydrolat de thym doux linalol et 50 mL de Myrte

Posologie : 1 cuillère à café dans 1 tasse d’eau chaude, à boire 3 à 5 fois par jour selon l’évolution.


Hydrolat de thym thymol (thymus vulgaris thymoliferum) Véritable hydrolat dit de terrain


  • Bactéricide, virucide, fongicide : plaies, dermatoses, infections et mycoses buccales, mycoses,

  • acné, grippes, infections intestinales et respiratoires, infections uro-génitales.

  • Immunostimulant : faiblesse immunitaire, convalescence


Contre-indications : Femme enceinte, allaitante et enfants


Exemple de posologie :


En cas d’aphtes, de maux de gorge, d’angine ou de laryngite: 1 cuillère à café dans un verre d’eau et faire des gargarises ou se vaporiser la gorge.


Selon Michel Faucon, il aurait la capacité de piéger les toxines lourdes de l’organisme grâce à ses propriétés détoxifiantes et purifiantes. Ainsi, il conseille des cures d’hydrolat de Thym à thymol

après une antibiothérapie et une chimiothérapie, à raison de 2 cuillères à café dans un verre d’eau, 2 fois par jour pour une cure de 5 à 7 jours maximum.


Le thym en aromathérapie


L’huile essentielle de thym à linalol ( thymus vulgaris linaloliferum )


  • Très antibactérienne et antiseptique, elle est recommandée dans tous les cas de maladies respiratoires

  • Antivirale

  • Antifongique

  • Antiparasitaire

  • Tonique psychique

  • Excellente contre tous les troubles intestinaux de type infectieux, parasitaire ou mycosique :candidose intestinale, gastro-entérite, parasitose...

  • Efficace contre les troubles gynécologiques et urinaires, notamment accompagnés de candidose génitale.


On peut l'utiliser par voie orale, en externe et en diffusion


Contre-indications

L'huile essentielle de Thym à linalol est à éviter pour les femmes enceintes et allaitantes et les

enfants de moins de 6 ans sauf avis médical du médecin traitant.


L’huile essentielle de thym à Thujanol ( thymus vulgaris thujanoliferum )


  • Anti-infectieuse, antibactérienne, antifongique, antivirale

  • Hépatotonique

  • Tonique, stimulante, Immunostimulante

  • Relaxante, anxiolytique, rééquilibrant nerveux

  • Stimulante circulatoire

  • Anti-inflammatoire

  • Anti-baby blues

  • Anti-fatigue, anti-déprime

On peut l'utiliser par voie orale, en externe et en diffusion.


Pour une application locale, diluez l’huile essentielle à 20 voire 50 %.


Contre-indications

L’huile essentielle de thym à thujanol est contre-indiquée pendant la grossesse et l'allaitement. Elle

peut être employée chez les jeunes enfants.


Médecine chinoise et le thym


Calme et disperse la fonction rein/vessie.

Régule les fonctions poumons/gros intestin et foie/vésicule biliaire


Législation du thym


Pharmacopée française, liste A : feuille, sommité fleurie de Thymus vulgaris et Thymus zigis.

Libérées par le décret de 2008 et autorisées comme complément alimentaire par arrêté du 24 juin

2014.


Mot de la fin


Mon article ne remplace la visite chez votre médecin traitant et vous pouvez demander conseil à votre naturopathe également afin d'être bien accompagner.


J’espère que mon article vous a plu et je vous dis à la semaine prochaine.


"Nos corps sont nos jardins, nos décisions nos jardiniers."
William Shakespeare

Catherine Milly de Rita formation


#naturopathie #naturopathe #ritaformation #thym #plantemédicinale #toutsavoirsurlethym #bienutiliserlesplantes #formationàdistancedenaturopathie #phythothérapie #aromathérapie #hydrolat #huileessentielledethym #hydrolatdethym #infusiondethym #siropdethym #baindethym #herboristerie #plantes #provence #vidéoderelaxation #Teinturedethym #Huiledethym #Coussinsdeplantes #histoireduthym #hildegardedebingen